Bivouak au Chalet des Bannettes (Chartreuse – 27-28 mai 2013)

p1050043

Pas facile de conjuguer disponibilité et météo en ce mois de mai pluvieux parsemé de bricolage.
Décidément le bricolage ne me réussit pas, je ferais peut-être mieux d’arrêter ou alors c’est moi qui amène la pluie!
Bon d’accord j’arrête: je termine mes volets et retour dans la pente!

Quoiqu’il en soit, c’est encore à l’arrache et seul que je pars ce lundi soir,
je me suis décidé le matin même au regard de la météo exécrable qui s’annonce.

Ca fait un petit moment que je voulais retourner aux Bannettes. On y était passé en 2006 lors d’un 3ème bivouak d’anthologie (je vous laisse lire ici) mais je voulais y retourner en semaine pour profiter de la beauté de l’endroit.
Pas facile car avec 2h30 d’approche, ça fait short au niveau timing, non seulement il faut pouvoir partir pas trop tard de Mont St-Martin (18h max) mais il faut pouvoir se libérer le lendemain matin!

Bivouak très sympathique avec un départ ensoleillé qui fait du bien (17h30). On croirait le printemps arrivé!
Malgré la faible altitude (1850m max) j’emporte mes raquettes avec moi car j’observe qu’il a neigé très bas ce WE. Les chemins sont détrempés et boueux et s’avèrent à certains endroits très glissants.

Garé à Namière, je file plein Nord dans la combe de la Meulière pour rattraper le chemin un peu au-dessus du Pas de l’âne.
Je visite les anciennes carrière d’où la roche était extraite.
Le chemin est à peine visible et de toute façon la neige présente dès 1100m me dissuade de continuer à le chercher.

Je débouche sur la crête encore bien enneigée juste sous les Rochers de Chalves.
Le ciel s’est couvert mais l’horizon reste bien dégagé à l’ouest, augurant d’un beau coucher de soleil plus qu’attendu! Ce sur quoi je ne serais pas déçu ;O)

Le plateau est bien enneigé: aucune trace à part celle d’un blaireau venu fureter autour de la cabane. La source est dégagée.
Je prends le temps de monter sur la crête avant de mettre mes raquettes et de traverser la combe.

Peu de vent, il ne fait pas froid et ne gèlera pas de toute la nuit, c’est sûr l’hiver est fini.
Comme je n’ai pas froid et que je suis seul, je décide de ne pas utiliser le peu de bois qui reste, mais je recommande à ceux qui viendront de prendre le temps de faire le plein avec les vernes à proximité!

Malgré quelques dégradations (bois et livre d’or brûlés), la cabane est en bon état surtout avec le nouveau banc fraichement arrivé! Peu de vaisselle, juste quelques casseroles et 7 matelas mousse. Merci à ceux qui l’ont monté. Elle est très bien isolée, si bien que malgré le vent qui a soufflé assez fort cette nuit, j’ai vraiment très bien dormi. Rares sont les cabanes aussi bien construites, celle-ci a été retapée complètement en 1992.

Je me réveille avec une belle giboulée de neige si bien qu’un instant je crains le mauvais temps déjà revenu, mais ça se lève et avec 2-3 éclaircies je m’en irai finir ce bivouak en approchant des Rochers de Chalves.
Vivement quand même que ça se réchauffe et que tous ces beaux alpages et jusqu’aux Rochers du Lorzier retrouvent leur verdure!

Suite au prochain bivouak…

K’ptain

Télécharger toutes les photos

A propos Kaptain Biwouak

Dynastar Comp Atomic MX8 Dynafit Manaslu 169-95
Ce contenu a été publié dans Bivouaks, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Bivouak au Chalet des Bannettes (Chartreuse – 27-28 mai 2013)

  1. yip dit :

    salut captain Kap.
    c’est moi qui ait monté le banc ce printemps. content de voir qu’il a pas encore fini dans le poele.

    L’etape d’apres, ce serait des planches de palette pour reconstruire les etageres du fond.
    Mais je trouve que les bannettes se degradent anormalement vite. il doit y avoir une bande d’habitués qui rodent dans les parages.

    allez a+ Kap.

    • Pas de risque pour le banc: ce soir là il ne faisait pas trop froid et je n’ai même pas fait de feu!

      Pour me réchauffer, c’est bien plus efficace et plus rapide d’aller faire un petit tour avant de se glisser pour la nuit dans le duvet.

      Pour éviter les dégradations, l’idéal serait de constituer un bon stock de bois,
      mais t’as déjà monté le banc et assurer tous les aménagements précédents,
      ce serait quand même la moindre des choses que les locataires d’un soir avant de rejoindre la cabane prennent la précaution de monter quelques branchages.
      C’est pas très boisé aux alentours mais ya qu’en même de quoi faire (enfin par temps sec).

      Enfin bienj’étais bien content d’avoir pu en semaine bivouaquer là haut, j’ai failli prendre les skis tellement il avait encore neigé le WE précédent, d’ailleurs j’ai pu voir encore quelques traces.
      J’étais déjà plusieurs fois passé (notamment lors d’une très mémorable traversée à raquettes en 2006 du plateau d’Hurretières (cf ép3), le genre de sortie qui s’oublie pas! on aurait dû l’appeler à l’époque: Unforgetable ;O) ),
      mais cette fois c’est fait: exposé ouest, je voulais voir à quoi ça ressemble le coucher de soleil là haut et j’ai pas été déçu!

      Pour les planches de palette, n’hésite à nous faire signe,
      y en aura bien un parmi nous qui sera prêt à retourner coucher là-haut!

      K@b@n++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *